“Entre deux mondes” Olivier Norek – Michel Lafon

IMG_20171113_185347

Quelle différence entre un policier Syrien et un policier Français? Sinon que le premier a dû fuir son pays et se retrouve être un pestiféré! Leur soif de Justice est la même. Leur amour pour leur famille est la même. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants. Avec leur passé, leur histoire. Olivier Norek leur redonne leur humanité à travers l’histoire d’Adam, policier Syrien à la recherche de sa femme et de sa petite fille, parties de Syrie avant lui.

Un roman au delà du Polar! C’est un manifeste humaniste! A lire!! Pour regagner un peu d’humanité. Balayer cette indifférence face à la misère de ces familles à la recherche d’un peu de bonheur.

 

 

“Celle qui ne pleurait jamais” Christophe Vasse – Les Nouveaux Auteurs

Celle-qui-ne-pleurait-jamais-Prix-du-Polar-2017

Un polar découvrir!! Un auteur à suivre!

Résumé éditeur:

Séverin semble bien avoir raté sa vie : un divorce, une fille qui se passerait volontiers de son père, un boulot de flic sans intérêt et des troubles de la personnalité qui ont achevé de faire le vide autour de lui. Lorsqu’il se rend sur la première scène de crime de sa carrière, son seul désir est de se débarrasser de l’affaire au plus vite. Mais il va très vite comprendre que ce meurtre le concerne bien plus qu’il ne s’y attendait.
Une trace génétique est trouvée sur les lieux du crime et l’assassin est tout désigné. Mais pour Séverin, il est hors de question d’accepter l’évidence. Déterminé à retrouver le véritable tueur, il décide de suivre son propre instinct. Jusqu’à la plus effrayante des vérités.

 

 

“Fief” David Lopez – Seuil

9782021362152

David Lopez signe un premier roman remarquable dans un style narratif percutant!

Il dépeint une jeunesse désœuvrée, coincée entre ville et campagne (sa descriptions de la ville ( quand on la connaît) est tellement juste!). Ce sont de jeunes hommes en attente. En attente de boulot, d’amour, d’avenir. Leurs journées s’écoulent entre jeux de cartes, fumette et joutes oratoires; le tout entrecoupé de boxe, des passages magnifiques que même un profane( comme moi) trouveront passionnants.

 

 

 

 

 

 

 

“Marie et Bronia” Natacha Henry – Albin Michel

Marie-et-Bronia-le-pacte-des-soeurs

Un roman passionnant sur la jeunesse de Marie et Bronia Sklowdoska. Marie qui sera plus connue sous le nom de Curie.

A travers leur parcours, difficile, pour accéder aux études, leur ténacité, et leur pacte, nous assistons à l’évolution de la médecine, de la recherche.

Un roman à pour les fins de collège qui passionnera les curieux!

“Mon autopsie” Jean-Louis Fournier – Stock

21105651_1507239152686171_7739677896084932016_n

Jean-Louis Fournier s’imagine sur une table d’autopsie, confié aux mains d’une jeune étudiante en médecine (et jolie, tant qu’à faire!).

C’est l’occasion pour l’auteur d’autopsier également sa vie passée; personnelle (il aime les femmes, c’est indéniable) et professionnelle, avec ce ton si reconnaissable, humour parfois acerbe, tendre, cynique, drôle, sensible…

J’ai eu un grand plaisir à retrouver la plume de Jean-Louis Fournier!  Une fois le livre terminé, ( quoi déjà??) une seule envie, retourner piocher quelques phrases, par-ci…par-là..

Vous l’aurez compris, cette autopsie biographique est à lire!

 

 

“Les fantômes du vieux Pays” Nathan Hill – Éditions Flammarion

A19649

Un roman captivant servant de prétexte à l’auteur, dont c’est le premier roman, pour dépeindre une Amérique avec cynisme et causticité. Une pépite!

Résumé de l’éditeur:

Scandale aux États-Unis : le gouverneur Packer, candidat à la présidentielle, a été agressé en public. Son assaillante est une femme d’âge mûr : Faye Andresen-Anderson. Les médias s’emparent de son histoire et la surnomment Calamity Packer. Seul Samuel Anderson, professeur d’anglais à l’Université de Chicago, passe à côté du fait divers, tout occupé qu’il est à jouer en ligne au Monde d’Elfscape. Pourtant, Calamity Packer n’est autre que sa mère, qui l’a abandonné à l’âge de onze ans. Et voilà que l’éditeur de Samuel, qui lui avait versé une avance rondelette pour un roman qu’il n’a jamais écrit, menace de le poursuivre en justice. En désespoir de cause, le jeune homme lui propose un nouveau projet : un livre révélation sur sa mère qui la réduira en miettes. Samuel ne sait presque rien d’elle ; il se lance donc dans la reconstitution minutieuse de sa vie, qui dévoilera bien des surprises et réveillera son lot de fantômes.
Des émeutes de Chicago en 1968 au New York post-11-Septembre en passant par la Norvège des années quarante et le Midwest des années soixante, Nathan Hill s’empare de l’Amérique d’aujourd’hui et de ses démons et compose avec beaucoup d’humour une fresque aussi ambitieuse que captivante.

“Bakhita” Véronique Olmi – Albin Michel

21175186_10213364121033266_1707524512_n

Merveilleuse! Courageuse! Incroyable Bakhita!

Quel destin que celui de cette petite fille arrachée aux siens pour être vendue!  Quelle résilience, quel exemple à prendre!

Véronique Olmi évoque avec force, émotion une vie extraordinaire d’une petite esclave devenue Sainte . Un roman à lire, à retenir, à partager!

 

Résumé éditeur:

Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion.
Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.
Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte.
Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

“Une histoire des loups” Emily Fridlund – Éditions Gallmeister

21076475_10213330987644952_1615447686_n

Résumé de l’éditeur:

Madeline, adolescente un peu sauvage, observe à travers ses jumelles cette famille qui emménage sur la rive opposée du lac. Un couple et leur enfant dont la vie aisée semble si différente de la sienne. Bientôt, alors que le père travaille au loin, la jeune mère propose à Madeline de s’occuper du garçon, de passer avec lui ses après-midi, puis de partager leurs repas. L’adolescente entre petit à petit dans ce foyer qui la fascine, ne saisissant qu’à moitié ce qui se cache derrière la fragile gaieté de cette mère et la sourde autorité du père. Jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

 

Troublant et poétique, best-seller dès sa parution aux États-Unis, le premier roman d’Emily Fridlund a été acclamé par la critique.

“L’art de perdre” Alice Zeniter – éditions Flammarion

21103864_10213330903242842_1395097219_o

Algérie. Trois générations. Le grand-père, kabyle devenu harki. Le père, silencieux sur son enfance en Algérie et son arrivée en France et la petite fille qui s’interroge sur ses origines.

Un très grand roman, passionnant, bouleversant, sur l’une des guerres les plus récentes et pourtant méconnue de notre Histoire.

 

 

Résumé de l’éditeur:

L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?
Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?
Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.