70 Rue du Général Leclerc, 45200 Montargis | 0249882107 | commande@librairieduherisson.fr
38 Rue Gautier 1er, 77140 Nemours | 0160510376 | nemours@librairieduherisson.fr

LA DESTRUCTION DE L ETAT

LA DESTRUCTION DE L ETAT

Rupture de stock

Du ou des mêmes auteurs

    Maroun Eddé, qui a subi dans son pays, le Liban, les conséquences d’un Etat détruit, dénonce le démantèlement des institutions publiques. Une dérive voulue et concertée, qu’il analyse dans cette enquête solidement argumentée. ” L’Etat n’est pas la solution au problème, l’Etat est le problème “. C’est avec ces mots que Ronald Reagan entame, en 1981, son premier mandat, portant la promesse d’en finir enfin avec la prétendue lourdeur de l’administration américaine. Les dépenses fédérales subissent alors une baisse drastique, une large partie des services publics est supprimée, la protection sociale est réduite à peau de chagrin et les inégalités explosent. Peu importe que la dette publique augmente du fait de l’explosion des dépenses militaires : le reaganisme triomphant impose durablement l’utopie néolibérale aux Etats-Unis. Celle-ci ne sera remise en question que quarante ans plus tard, lorsque le pays se heurtera durement au mur de la crise sanitaire. Alors que les critiques du néolibéralisme se multiplient outre-Manche et outre-Atlantique, la France décide désormais d’appliquer son programme économique. Formés dans les années 1990, émerveillés par le dynamisme anglo-saxon face à la prétendue rigidité française, héritiers de la ” fin de l’Histoire ” et de la croyance dans la rationalité des chiffres, de nombreux politiciens et hauts fonctionnaires arrivent à la tête de notre pays. A l’heure où les enjeux vitaux se nomment ” réindustrialisation “, ” transition écologique et énergétique “, ” résorption de la fracture sociale et territoriale “, ils accélèrent le démantèlement de l’Etat et la réduction de ses services au profit d’un secteur privé érigé en panacée. Fermeture de services publics, suppression de fonctionnaires dans l’éducation et la santé, disparition des corps d’ingénieurs et de l’Ena : à l’heure où, face aux grands défis du siècle, les Etats-Unis et le Royaume-Uni cherchent à reconstruire leurs capacités d’action politique et à relancer les plans d’investissements étatiques, la France, qui possédait encore un système fonctionnel jusqu’à peu, s’évertue à le détricoter. Comme sous Reagan, la justification financière de ces réformes est un trompe-l’oeil. Les dépenses de l’Etat n’ont cessé d’augmenter et les impôts n’ont pas baissé, avec un taux de prélèvements obligatoires record, en hausse constante depuis 2007. Pourtant, la baisse de niveau des services publics, de l’école, de l’hôpital et des administrations locales est réelle : les citoyens paient toujours plus cher des services dont la qualité est en chute libre. Où passe l’argent de l’Etat ? Pourquoi le niveau et les capacités de ses services ne cessent de reculer alors même que ses dépenses augmentent ? Pourquoi les élites françaises rejettent-elles à ce point leur propre système ? De quoi un Etat a-t-il réellement besoin pour fonctionner ? Et quels sont les coûts et les conséquences concrètes de cette politique de démantèlement qui s’accélère depuis l’accession d’Emmanuel Macron au pouvoir ? Ces questions, aux apparences souvent techniques, sont en réalité éminemment politiques et concernent notre vie à tous

    Éditeur
    Date de parution
    EAN
    9782382923344