L’AUTRE LANGUE DES FEMMES

L’AUTRE LANGUE DES FEMMES

Auteur(s) : MIANO LEONORA
Thème(s) : Essais littéraires

En stock

20,90 

En stock

Thème(s) : Essais littéraires
En stock

En stock

Du ou des mêmes auteurs

Vous pourriez aussi être intéressé(e) par...

    Au déterminisme occidental qui a élaboré une ontologie féminine essentiellement victimaire, résumant la condition des femmes à un assujettissement par les hommes, Léonora Miano répond en proposant “l’autre langue des femmes” , qui expose les accomplissements des femmes du continent africain. L’Afrique seule a enfanté des dynasties de “grandes royales” , qui contredisent le postulat occidental selon lequel le récit traditionnel évacue la mémoire des femmes. S’appuyant sur l’histoire, les mythes, spiritualités et pratiques sociales des Subsahariennes, l’auteur montre que l’Afrique au sud du Sahara est dépositaire d’un riche matrimoine permettant de comprendre et de célébrer la force du féminin. Il n’est pas question ici de diviniser les personnalités présentées, mais de révéler la variété des profils que l’Afrique offre au monde. Sur ce continent, les femmes s’illustrèrent dans tous les domaines. La conception subsaharienne du genre ne les éloigna pas des champs de bataille : les guerrières subsahariennes ne sont pas du “deuxième sexe” ! Les Subsahariennes régnèrent sur des sociétés patriarcales, donnèrent une terre à leur peuple en exil, firent du plaisir sexuel un droit, ne révérèrent pas la virginité. Elles s’engagèrent dans les luttes anticoloniales qu’elles financèrent souvent grâce à leur fortune personnelle. Ces femmes, dont les parcours restent méconnus, créèrent des sociétés non-mixtes dont certaines furent très influentes. Parce qu’elles surent inventer leurs propres espaces sans tenter de prendre d’assaut les fiefs masculins, elles se donnèrent du pouvoir. Aujourd’hui encore, dans des environnements déstructurés par le colonialisme qui leur fit perdre leurs anciennes prérogatives, les Subsahariennes se caractérisent par leur dynamisme et leur autorité. Sans avoir eu besoin d’élaborer de théorie, elles parlèrent cette autre langue qu’il leur faut redécouvrir et transmettre. L’autre langue des femmes, c’est la parole particulière qui émerge lorsque l’on se définir en soi et pour soi, et non “en creux” à partir de l’action négative de l’autre sur soi. En dépit de la richesse et de la diversité de leur contribution à l’Histoire mondiale des femmes, l’expérience des Africaines subsahariennes reste marginalisée. On ne s’identifie pas à elles, mais on prétend leur dicter la marche à suivre pour s’émanciper. A travers une critique de l’hégémonie des Occidentales, l’ouvrage réfléchit aux relations entre femmes. La “sororité” dont on espère l’avènement à l’échelle du monde est pour l’heure compromise : l’histoire a doté les unes d’un pouvoir symbolique, politique et économique dont les autres ne jouissent pas. Tandis que l’on se plaint de la domination masculine, on omet d’évoquer cette dissymétrie qui fait de certaines des oppresseurs, volontaires ou non. Cette situation justifie que les Subsahariennes se déterminent en toute autonomie, élaborent un discours tenant compte de leurs parcours, de leurs réalités, de leurs aspirations.

    Éditeur
    GRASSET
    Date de parution
    29 septembre 2021
    EAN
    9782246824633
    Collection
    ESSAI FRANCAIS
    Format
    Broché
    Dimensions
    141 mm x 205 mm